Vers la Lumière…

L'amour, énergie de guérison

25 mai 2012

Clairvoyance, coaching: Où est l’amour?

Classé dans : Nouvelles approches — michkaelohim @ 9 h 22 min


« Vous pouvez trouver beaucoup de livres qui vous enseignent des méthodes pour devenir clairvoyant : regarder dans une boule de cristal ou un miroir magique, utiliser certaines plantes, se faire hypnotiser, etc. Mais ces méthodes sont souvent dangereuses, surtout si vous cherchez à développer la clairvoyance avant d’avoir travaillé sur la pureté. Oh, bien sûr, on peut devenir clairvoyant sans s’être purifié ; développer la clairvoyance n’est pas tellement difficile. Seulement, si vous n’êtes pas pur, ce n’est pas le monde divin que vous verrez, mais les entités ténébreuses qui rôdent autour des humains ; vous verrez la méchanceté, la trahison, le mensonge ; vous verrez les catastrophes qui se préparent. Autrement dit, vous ne pourrez voir que des réalités qui correspondent au niveau que vous avez vous-même atteint, ou à peine davantage. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Clairvoyance, coaching: Où est l'amour? dans Nouvelles approches sorcier_035  Longtemps, cherchant des réponses, j’ai interrogé les voyants, les médiums et les diseuses de cartes. J’ai fait aussi de nombreuses thérapies (c’est  un phénomène de génération, on y coupait difficilement). Je croyais que ces personnes disposaient d’un pouvoir magique ou détenaient une vérité, la vérité.

Cependant je constatais que lorsque j’étais dans le plus grand désarroi moi même, nul ne parvenait à me redonner espoir dans une quelconque issue favorable.  Et que plus je sombrais, plus je devenais déprimée plus les réponses qui étaient inspirées au médium étaient noires et démoralisantes! Même mes amis m’enfonçaient en critiquant mes choix et mes relations…Mais aussi  que lorsque j’allais mieux, les prédictions et conseils reprenaient un tournant plus optimiste et dans le sens de mes rêves.

J’en suis arrivée à conclure que ces personnes n’étaient pas alignées sur le Ciel mais se connectaient à moi plutôt qu’au Grand Tout dont j’avais besoin. Cela finit par m’amener à penser qu’en réalité ces gens là n’étaient pas doués des pouvoirs extraordinaires que je leur avais attribués  et que mes amis ne m’aimaient pas tant que j’imaginais mais qu’ils avaient soit seulement le rôle de miroirs, soit juste de la capacité de se relier au bas astral, lequel est peuplé  d’énergies impures tout autant que d’êtres lumineux car c’est un plan de dualité comme la troisième dimension.. 

Aussi le texte ci dessus de Mihkaël Aïvanhov, lorsque je l’ai lu ce matin,  m’a t-il ramenée  au point de conscience où j’en suis maintenant. Devenue moi-même  très claire dans ma pensée, animée d’une intention pure d’amour sans condition et portée par le désir  d’acceptation de Ce Qui Est,  je rencontre à mon tour beaucoup de personnes qui demandent un éclairage sur leurs blocages et ont besoin d’obtenir des réponses vraies, non pas des conseils ni des jugements. Je m’entends leur dire avec conviction qu’elles sont parfaites car le Divin en nous est parfait et que rien ne peut leur arriver de fâcheux tant qu’elles restent à l’écoute de leurs rêves et  de leurs ressentis, dans une acceptation douce.

Le plus souvent, elles ont déjà raconté leurs problèmes en long, en large et en travers à tous leurs amis qui leur font écho de leurs douleurs en se projetant dans des généralités: « Oh c’est ça les hommes! » ou bien « On ne peut pas compter sur qui que ce soit » ou encore « Tu devrais faire ceci ou cela ». Résultat: pire encore, elles s’enfoncent dans leurs croyances pessimistes renforcées par leur milieu relationnel habituel. 

Elles iront même voir leur psy, ou  leur coach de vie qui répondent à leur tour,  selon des règles toutes faites, uniformes, ainsi c’est en vain qu’elles cherchent des solutions auprès de professionnels qui n’ont pas réglé leurs propres soucis émotionnels et leur mal persiste voire s’étend.

Ce qui se passe quand la personne qui se raconte le fait sans discernement, c’est qu’elle attire à elle des amis, des psy et coachs de vie qui vibrent sur sa longueur d’onde de souffrance. Je ne prétends pas ici que nos amis ne sont d’aucun secours ni que les psy et coachs sont incompétents. J’ai moi même été guidée dans les moments durs, par des personnes vraiment aimantes et amicales et par des professionnels qui donnaient surtout de l’amour et de l’écoute, sans tenter de me changer ni de juger ce que j’avais fait ni comment je l’avais perçu ou interprété. Encore moins prétendu savoir à ma place ce qui aurait été bon pour moi de faire désormais. Mais j’ai rencontré ces gens là seulement quand j’étais claire sur mon désir de guérir.

Quand les personnes aspirent avec authenticité à voir leur Vérité profonde, à retrouver la voie de la Joie,  alors elles attirent un accueil dans l’amour, dans l’acceptation et l’encouragement qui leur permet de faire tomber des résistances qu’elles ne voyaient même pas en elles.

Quand nos proches nous aiment (tels que nous sommes) quand nos psys nous acceptent et nous guident vers une ouverture à nous même il n’est pas nécessaire qu’ils aient beaucoup de savoir, ni d’expérience ni de théories de développement personnel,  j’en suis toujours convaincue: Seul l’amour total de toutes les parties de l’autre  permet à cette personne de retrouver son vrai Moi lorsque nous l’écoutons et  lui manifestons une vraie empathie.

Empathie n’est pas synonyme de sympathie ni de compassion: l’empathie est le juste milieu qui permet de ressentir en soi les sentiments de l’autre pour les percevoir avec le plus de justesse et d’exactitude possible sans intention de les changer ni se laisser embarquer émotionnellement par l’impact de ces sentiments. Exemple: je sens de l’animosité chez mon voisin, je sens c’est tout, je ne cherche pas à changer cet état et surtout je ne me calque pas sur ses émotions. Il en est de même en amour: je sens que cette personne m’aime passionnément, je l’accepte mais si en moi rien ne résonne de semblable, je ne me laisse pas emporter par un sentiment de culpabilité ou l’idée de devoir y répondre par une quelconque attitude basée sur la pitié ou l’apitoiement.

Il ne s’agit pas en effet:

- de sympathie (dérivé de « ensemble » et « sentir ») qui consiste à s’impliquer dans les sentiments et les goûts de l’autre personne,  et crée entre deux personnes une attraction basée sur la similitude ou les aspirations communes

- ni de compassion (dérivé de « prendre avec soi » et « souffrance ») qui est une manière de prendre en soi la souffrance de l’autre (idée de projection de soi dans la souffrance de l’autre) et peut pousser à tenter d’y remédier, ce qui est une façon de se soulager soi même de sa propre souffrance: J’aide l’autre, donc je me libère. Le danger est de tomber dans le complexe du sauveur, ou égo spirituel,  qui nie l’adéquation de la souffrance en tant que facteur d’expérience et de croissance; ce qui a le double effet de ne pas regarder en face notre propre souffrance (fuite dans le rôle de « sauveur »)  et d’établir un rapport de force  avec l’autre où on prétend faire mieux ou savoir mieux que l’autre (qu’on plaint et place ainsi dans un rôle de « victime »). Laissons l’autre grandir et assumer sa part responsable et son libre arbitre.

Autre exemple plus vaste: Ce processus (Sauveur-bourreau-victime) est celui que pratique notre société occidentale: les pauvres, les sous payés, les assistés  (mais aussi nous-même si nous nous sentons concernés par « la crise »), les sans abris, les affamés dans le monde, les mères célibataires, les sans papiers, etc. Tous sont relégués par le système dans des rôles de victimes et l’État peut alors se placer en tant qu’entité supérieure à eux,  dans un rôle de Maître décideur et Sauveur qui seul sait comment pourvoir à la misère de ces pauvres gens (et du peuple dont nous faisons partie).

Il ne nous viendrait pas à l’idée spontanément de parler de « compassion ». Pourtant réfléchissez y à deux fois… Il y a ici aussi dans ce cas, totale négation et exclusion de la responsabilité personnelle.

Tout ceci va très loin dans l’inconscient collectif:  nous sommes assimilés à des enfants,  imbéciles de surcroît, qui ne peuvent vivre sans le « chapautage » d’un État  doivent de ce fait être soumis à des lois, des représailles, soumis à des peurs pour qu’on garde le pouvoir sur eux (limitations, verbalisation, menaces, etc. tous les moyens sont bons). Ainsi cette triade « Sauveur-bourreau-victime »   prend naissance en nous et nous l’entretenons en nous, ce qui lui permet de vraiment « prendre corps »,  et cela devient vrai dans nos réalités individuelles si nous le lui permettons. Puis dans la réalité de tous… 


Ai-je secret? Oui: La confiance en un pouvoir bien supérieur à celui de tout  état et de toute conception humaine: La loi Universelle (dont celle de l’attraction) qui repose sur l’intention pure et répond donc à chaque besoin de l’âme. Mon absence de peur de la sanction est de poids également (car si je suis sanctionnée, je ne me rebelle pas, je tire profit pour comprendre quelque chose sur moi), mon absence de la peur d’être privée de quoi que ce soit, qu’on me prenne mon bien, qu’on me prive de revenus… L’univers y pourvoirait aussitôt selon ma foi et mes besoins.

C’est aussi et peut être même avant tout,  l’écoute accueillante de mes peurs,  qui leur a fait perdre leur importance et  la maîtrise permanente de mon ego (qui me soufflerait  bien sûr des pensées négatives et se repaitrait de ma peur comme tous les égos de nous tous, je ne suis pas une surhumaine, hi!hi!)… 

Je sais m’écouter et accepter de faire ce que j’entends avec ma sagesse  intérieure qui dédramatise toute chose et rayonne beaucoup de bienveillance. Mais aussi je sais transgresser la norme, sortir des rails, des rangs, aller de façon solitaire voir ce que cela fait quand on désobéit…Et croyez moi, on y trouve beaucoup d’épanouissement quand l’amour en nous est fort.

Notre salut est dans la responsabilisation. L’amour nous guide. La peur nous égare.

 

Michka

4 réponses à “Clairvoyance, coaching: Où est l’amour?”

  1. jeanne dit :

    beaucoup de sagesse dans cet écrit….et oui ! il nous faut juste accepter,remercier et se laisser guider….
    c est si simple de vivre ainsi, chaque instant tel qu il se présente à nous…oh là là c est encore si difficile pour moi avec tous mes bla-bla…mais je partage ton avis sur les voyants , médiums …et sur la vie qui défile, parfaite,juste celle qu il nous faut à nous et à nous seul…
    merci Michka

  2. Aurore dit :

    Hum, un sujet qui vient à point nommé pour moi … Pourtant je ne t’ai pas dit ce que j’allais faire ce week end … faut que je médite tout ça.
    à bientôt.

    Aurore

  3. caillet dit :

    Merci, je revients sur le fait d’accepter,remercier,et se laisser guider,d’aller dans la bienveillance,d’etre à l’écoute de nos peurs,et que l’exterieur fonctionne en fonction dr ce que l’on est,il est alors importante d’aller dans la connaissance de son etre,c’est un texte que j’ai partagé ,merciii encore!

  4. Comme c’est bon de lire cela, c’est un texte élevant !
    Inspirant! Pas facile mais essentiel à l’Être en nous
    Quitter nos égos, notre mental réclame notre attention notre vigilance et beaucoup de réalignement!
    Merci de tant de lucidité !
    Merci de l’exprimer !

 

The Limace Psychopathe Blog |
Buzancy's Life |
Les Ardennes par samouraï 08 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | n°1 mondial de la vente dir...
| Ma page perso
| Dapefle