Vers la Lumière…

L'amour, énergie de guérison

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

24 janvier 2009

Le paradis que je me souhaite

Classé dans : Non classé — michkaelohim @ 16 h 47 min

Je propose à votre lecture aujourd’hui un texte qui m’a bien plu et qui est paru sur le site de Patrick Giani , astrologue, en ces termes:

« En fouillant dans mes vieux albums photos, j’ai retrouvé un texte qui m’avait marqué lorsque, dans les années 70, je cherchais un sens à ma vie. En le relisant, j’ai trouvé qu’il était encore d’actualité, surtout en ces temps de crise, aussi j’ai décidé de le mettre sur mon site.« 

Bonne lecture, les amis!

Michka

 

Le paradis que je me souhaite     par Alan Watts

Alan Watts (1915-1973) est l’un des pères de la contre-culture américaine des années 60. Philosophe, écrivain, conférencier et expert en religion comparée, il a écrit vingt cinq livres. Alan Watts était un autodidacte réputé et c’est son interprétation des philosophies asiatiques qui l’a rendu populaire. Le texte qui suit est paru dans le journal Actuel en 1971.

Patrick Giani

 

alan watts

 

« Que faisons-nous sur terre ? A l’exception de quelques simples d’esprit, personne ne semble réaliser que vivre c’est sentir le parfum des fleurs, écouter la mer, regarder les arbres frissonner dans le vent, escalader les montagnes, manger du pâté en croûte, boire du vin de Malvoisie et caresser une jolie femme. Et pourtant, cela ne coûte pas cher à côté de ces milliards engloutis pour les dépenses du Royaume, la Puissance et la Gloire. (…)
L’idéal des hommes fous de puissances est de s’offrir une poupée en plastique. Elle ne parle pas, bien calme quoiqu’il advienne, elle se met dans toutes les positions et se laisse tripoter sans se plaindre. On traite les femmes de nanas, de jolies morceaux de gonzesses, de poulettes ou de vieilles biques. Arrivée à ce point toute l’entreprise de la technologie consiste à transformer la nature entière en de tels jouets dociles, manoeuvrables et prévisibles. Dans son ensemble, le monde est livré à des hommes qui comme Jules César, ne peuvent se décider entre hétéro et homosexualité. De toute façon, ils ont honte de s’avouer être les deux et mettent en valeur leur « virilité » pour assurer leur position d’homme. De tels mâles prolifèrent en Europe de l’Ouest comme en Amérique du Nord. Ils tiennent comptabilité des femmes qu’ils ont eues, comme les pilotes de chasse marquent d’une croix sur leur carlingue tout avion abattu. Ce n’est pourtant là que le menu fretin et ne viendra le grand orgasme que s’ils torturent, transpercent, fusillent d’autres mâles qu’ils désirent secrètement. Seules les convulsions de la mort parviennent à les rassasier. (…)
Voltaire disait sagement qu’il faut cultiver son jardin. Nous payons des fermiers pour ne pas travailler, ni même récolter. Nous n’aimons pas les légumes, les plantes, tout ce monde vivant : il nous paraît au-dessus de notre dignité d’en jouir, hypnoptisés que nous sommes par l’érection des boites rectilignes.
Une longue pratique de la méditation empruntée au yoga et au bouddhisme zen m’a permis de comprendre qu’il n’y avait rien de dégradant à se servir de ses mains. Ecrivain, intellectuel et travailleur sédentaire, je crois ne pas avoir la force de bêcher mon champ, mais le poète Elsa Gidlow, ma belle et frêle voisine septuagénaire, cultive un jardin qui fournit en légumes toutes notre communauté. Pommiers, rangées de laitues, carrés d’herbe, buissons de haricots ou plantations de pommes de terre, peuvent vous apporter un plaisir, érotique et mystique, d’une intensité insoupçonnable et admirable. (…)

Je ne nie pas la compétence de la technique si elle maîtrise le feu, fabrique des métaux, de l’électricité et des ordinateurs. Je pose la question simplement : que voulons-nous ? Et je n’arrête pas de la poser partout où je vais. Je suggère qu’à l’examen d’entrée de l’université on demande à chaque étudiant un exposé détaillé sur l’idée qu’il se fait du paradis. Quitte à le juger sur son imagination, sa logique et son rapport à la réalité. Dans un groupe de discussion j’ai lancé le projet suivant : si nous parlions de ce que pourraient-être, ici et maintenant, les plus agréables relations entre nous ? Mais ce qui divise les gens, cela seul les retient. Si nous ne savons pas ce que nous voulons, c’est que nous n’avons pas conscience de nos possibilités et de nos désirs. Lâchés dès notre enfance derrière des buts aussi abstraits et mal perçus que le bonheur, l’amour, la bonté, le don aux autres, la gaieté, la bonne réputation, la fortune, la puissance, la paix ou même Dieu, nous possédons tous plus de mots que d’expériences réelles.

Je vais vous dire ce que je veux, et ce qui me satisfait. Je veux passer ma vie à méditer dans le silence, marcher lentement, éprouver le sens fondamental de l’existence dans l’émerveillement, surprendre tous les sons, sentir les nuages et les étoiles me caresser les yeux. Je veux bannir l’angoisse, la tourner en dérision, saisir la vie et la mort comme deux faces indissociables d’une même médaille. Je veux une compagne qui tour à tour m’obéisse et me contredise, m’admire et me surpasse, se fonde en moi et lutte contre moi. Je veux écrire et parler pour des gens qui écoutent, les charmer et me jouer de leurs questions, mais écouter aussi celui qui vient m’apprendre ce que j’ignore, avec une curiosité sans ennui. Je veux regarder dans l’eau les reflets de la lumière et les ondes du vent, pays des mouettes, des pélicans, des goélands, des flamands et des canards sauvages. Je veux m’asseoir sur un rocher lointain ou sur une plage déserte, entendre les vagues et regarder le ciel de l’Ouest que vient laver l’aurore. Je veux décocher des flèches si haut dans le ciel qu’elles deviennent oiseaux. Je veux contempler les montagnes, errer dans leurs vallons et leurs forêts, percevoir au crépuscule d’invisibles cascades.

Je veux m’asseoir devant ma machine à écrire et faire passer ce que je sens au travers des mots – défi, car tout ce qui s’agite en moi ne peut précisément se réduire en mots. Je veux aller dans ma grande cuisine chatoyante de couleurs essayer une nouvelle soupe ou un nouveau ragoût, cuire le poisson à la vapeur, jouer avec ces brosses chinoises si fines et ces bâtons d’encens que l’on frotte dans l’eau et qui dansent sur le papier. Je veux apaiser la douleur et éteindre la maladie rien qu’en apposant mes mains sur un corps. Je veux allumer un brasier, brûler des feuilles de cèdres et du bois de santal tard dans la nuit, au son d’une musique classique ou au rythme d’un rock que je danse.

Je veux voir les éclats de lumière sur le verre et le cristal; allongé sur le sol, je veux regarder les branches des arbres découper le bleu vif du ciel. (…)
Je veux entendre à quatre heures du matin la cloche de Nanzenji, temple de Kyoto qui bourdonne comme un gong. Je veux aller au Sikkim et au Népal voir l’Himalaya sans songer à le gravir. Je veux jouir de la compagnie de certains amis, manger du fromage de Stilton, des melons, un gros pain noir, du jambon, et boire une Gardner’s Old Strong, cette rarissime bière anglaise.
Aussi terre à terre que cela puisse paraître, c’est là tout le paradis que je me souhaite. (…)

Alan Watts

21 janvier 2009

MISE À JOUR du sujet « Reconquérir son ADN » de Margaret Ruby

Classé dans : Nouvelles approches,Processus d'auto guerison — michkaelohim @ 19 h 35 min

MISE À JOUR du sujet   Au sujet de ce livre**, je viens ici répondre à ceux d’entre vous qui m’ont écrit en privé parfois il y a longtemps (veuillez me pardonner mon silence mais je n’ai pas eu accès à cette boîte électronique jusqu’à hier)…

Ce sera une suite à mes billets précédents: 1, présentation; 2, première expérience; 3, autre exemple pratique
Si vous avez peur de ne pas être assez intuitifs pour choisir les chiffres tel que je l’ai décrit dans l’explication de la méthode, je vais vous donner mon propre petit »truc » qui se révéla infaillible (au début, si, si, croyez-le, moi aussi j’étais comme vous:):

J’écris les chiffres à choisir sur des petits morceaux de papiers tous semblables et je les mélange dans une petite boîte, ensuite je choisis « au hasard » les yeux fermés un  papier parmi les cinq s’il s’agit de nombre de 0 à 5 ou parmi les onze s’il s’agit de donner un chiffre de 0 à 11, etc. Car le « hasard » n’existe pas, le hasard est notre propre force d’intuition, issue de l’inconscient ou du subconscient, en tous cas c’est selon moi, notre part la plus spirituelle, la plus élevée, qui choisit les chiffres, pas notre petit mental enfermé dans notre cerveau!!  « Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito. » disait Albert Einstein!

Ainsi, à vous qui n’avez pas confiance en votre possibilité d’utiliser ce livre je redis « Allez-y » si vous voulez avancer et faîtes confiance à ce qui vous dépasse mais qui vous aime: votre Être Intérieur qui en sait plus long que vous ne  le pensez,  sur ce qui est bon pour vous.

Quant à moi, je vous accompagne de mes encouragements, de mes pensées les plus bienveillantes car tout ce que vous faîtes pour vous retentit en bien sur tous les autres, nous tous.

Que votre journée soit douce et prospère.

21 janvier 2009

En réponse à la demande d’un lecteur je viens compléter mon article ci dessus:
Le livre de Margaret Ruby est un outil en soi où on n’a pas besoin d’être autrement encadré et renseigné ni de faire des formations. Elle développe dans son livre le concept désormais assez répandu que nous pouvons modifier notre ADN mais j’ai « zappé » la lecture de toute cette partie qui explique le pourquoi du comment. Je voulais surtout du résultat dans mon quotidien, je voulais avancer et mon esprit est très simple et plutôt intuitif, donc je ne me force pas à comprendre les notions scientifiques, je voulais du concret, des progrès et du mieux-être là, maintenant. Voilà pourquoi j’ai aimé ce livre.

Je l’ai acheté, je me suis assise avec et j’ai fait le processus du début à la fin. Quand j’ai refermé le livre ( trois heures après)  j’avais déjà fait un grand bout de chemin et ouvert plein d’espaces en moi. J’ai regardé le site dont nous parle notre lecteur http://www.kishori.org/. Ma foi, chacun choisit ce qui lui parle le mieux.

J’ai quant à moi la chance de recevoir les réponses en direct sans avoir besoin de grands mots spirituels. Il est vraiment clair, plus on avance, que les grands courants spirituels sont souvent comme les religions des idéologies qui ne débouchent pas sur du concret… Mais vident notre porte monnaie: le module 1, le tome 2, le niveau 3, etc…

Il n’y a pas de merveilleux courant spirituel à mon sens. Le merveilleux est en nous et c’est tout ce que je peux affirmer, il n’y a rien à apprendre de personne.

Margaret Ruby et sa méthode nous ramènent à nous: nous choisissons les chiffres, nous lisons les textes, nous travaillons sur nous. Il n’y a pas d’interprétation à faire. Tel chiffre donne telle chose à comprendre et à travailler pour le transformer en conscience et c’est juste, c’est étonnant mais c’est.

J’ai acquis ce livre pour les 20 pages du chapitre intitulé:

« Les cinq étapes de la guérison . La réinitialisation de votre code génétique en vue d’obtenir un bien être total et une parfaite abondance »

Voilà ce sur quoi j’ai passé mes trois heures. Ensuite je n’étais plus dans le flou, j’avais tout compris de mon hérédité et j’avais changé quelque chose en moi. Je n’ai pas de pourcentage sur ce livre (emoticone) mais je le vante parce qu’il m’a aidée d’une façon décisive. J’aime partager mes connaissances, mes pistes de réflexions, mais surtout pas les imposer.

Chacun de nous est le mieux placé pour choisir.

Je vous fais mes salutations bien chaleureuses et vous souhaite de belles transformations, dans l’amour de vous.

Michka

**Vous pouvez vous  procurer ce livre sur le net et je vous suggère de le faire sur AMAZON  qui envoie gratuitement et fait des prix très intéressants.    Cliquez ici: Achetez sur Amazon.fr !

 

 

10 janvier 2009

La fin du monopole de l’argent?

Classé dans : Nouvelles approches — michkaelohim @ 20 h 12 min

 

argent57.gif   De bien des côtés, pour peu que nous choisissions les canaux d’informations qui répercutent ces données, nous pouvons entendre que l’argent arrive à la fin de son règne** et de bien des façons nous pouvons nous en rendre compte pourvu que nous ne restions pas accrochés à nos anciennes habitudes coûte que coûte…

Le monde ancien, basé sur le matérialisme et le pouvoir s’effondre de toutes parts sur la planète. La dite planète se soulève et ses mouvements d’humeurs détruisent ses habitants tout autant que leurs possessions.  C’est la fin des temps (dans le sens des valeurs égoïstes et arrivistes)  mais pas la fin du « monde » pour peu que chacun s’élève et se transforme.

Moi qui n’ai jamais basé ma vie sur les biens matériels, qui ai toujours eu (en dépit des prédictions, en dépit des circonstances et en dépit des convenances de mon époque) la certitude que nous n’avions à nous soucier de rien quant à notre bien- être matériel,  je suis « aux anges » maintenant que tous les systèmes s’effondrent. Non que je me réjouisse d’une quelconque façon des souffrances des personnes concernées mais parce que j’observe un phénomène que j’avais depuis toujours pressenti et espéré,  sans savoir comment cela arriverait et donc, je me dis seulement: « Le moment est venu ». Je n’ai aucune crainte, je sais maintenant avec certitude que ce sont les derniers soubresauts de l’ego, de l’argent-roi et des pouvoirs abusifs    eurosenmains.jpg

A lire: Le monde est en marche,

Vivre sans avoir besoin d’argent,

La fin de l’argent facile,

La fin programmée de la civilisation du gaspillage

La crise sonne la  fin de l’argent facile dans le sport européen

A visionner: une vidéo pour comprendre la faille du système: L’argent Dette

Comment cela se peut-il QUE NOUS VIVIONS SANS ARGENT?  Eh bien,  peut-être ouvrons nous tout de suite à une autre façon de vivre, axée sur le simple bien-être et non l’abus de profit. Et nous serons prêts lors de l’effondrement final: le troc, le don, l’échange de services et de biens, le partage, voilà de multiples façons de commencer à se passer de l’argent pour obtenir ce dont nous avons envie…C’est dans l’air du temps: Nous avons revendu nos cadeaux de Noël ou nous les avons redistribués, nous faisons des vide-greniers pour que les objets devenus inutiles chez nous fassent la joie d’autres personnes pour des sommes dérisoires, nous donnons nos vêtements aux associations de récupération qui  fleurissent pour que rien ne soit plus du tout gaspillé…

Alors les solutions abondent, non?

 

Comment utiliser au mieux l’astrologie?

Classé dans : Astrologie,Nouvelles approches — michkaelohim @ 10 h 51 min

J’ai une sensibilité particulière à percevoir les énergies cosmiques, parfois bien plus facilement repérables pour moi que mes propres énergies intestines!! Mais de plus en plus mes vibrations s’élèvent et mon ADN se modifie au fur et à mesure que je travaille à sa régénération.  Ce qui me permet de m’aligner sur le meilleur de mon thème astrologique qui est, j’en suis convaincue, la carte de notre empreinte natale sur cette planète.  Ce matin, j’ai trouvé un texte qui m’a passionnée car il  correspond à cette vision personnelle, c’est une interview de Kryon, un être invisible et non physique contre lequel je n’ai aucune prévention puisqu’il ne prescrit que de l’amour inconditionnel. C’est le « canal » Lee Caroll qui nous sert de messager, bien sûr car Kryon reste « un ange ». Beaucoup d’écrits sur son sujet avec bien sûr des peurs (est-ce une secte dangereuse? faut-il se faire placer un implant? et autres dérives du psychisme peu équilibré).  Une fois que chacun de nous a utilisé son discernement et choisi comment il veut vivre (sous l’emprise du pouvoir de la peur et de la soumission  ou, au contraire,  fouler des chemins clairs et légers, en toute liberté de vivre sa vie),  il y a encore un  grand bénéfice à mieux se connaître et à utiliser ses dons uniques,  révélés entre autres par l’astrologie. Je pratique moi même depuis vingt ans avec passion et joie pour moi-même  et en consultations inspirées** et les astres m’ont « éclairée » plus que toutes les autres énergies.

**  si cette aide vous intéresse, vous pouvez me joindre pour une consultation sur votre thème par téléphone ou mail en me laissant un commentaire.

Belles et joyeuses transformations et créations à tous!

Michka 

 

Voici le texte que j’ai aimé:

 Source: http://kryeon.oldiblog.com...www.danielleclermont.com

 

L’astrologie – son fonctionnement scientifique

QUESTION : Cher Kryon, nous avons étudié quelques temps l’astrologie et savons que le système solaire contribue à créer une empreinte individuelle sur chacun de nous. Les planètes et leurs mouvements affectent notre caractère, nos humeurs et idées. Nous aimerions savoir exactement ce que ce mécanisme fait et comment ce système agit en termes scientifiques. Mais le plus important, nous aimerions savoir comment nous pourrions utiliser plus efficacement cette science ancienne dans la nouvelle énergie. Cela paraît être un contrat, un « karma ». Que se passe-t-il lorsqu’on s’illumine et annule son contrat ? Est-ce que les planètes cessent alors de nous influencer ?

 RÉPONSE : Bien que nous ayons expliqué cela dans des messages récents, nous résumerons la manière dont l’astrologie fonctionne : Le soleil est le pivot du système solaire et le centre d’énergie pour la vie pour vous. Il y a un mécanisme physique qui envoie l’information du soleil aux autres planètes et qui se nomme le vent solaire  la suite sur: Comment utiliser au mieux l'astrologie? dans Astrologie doc kryonlastrologie.doc

 

 

7 janvier 2009

Le divin en nous, c’est quoi?

Si comme moi, vous avez tellement été gavés de fausses bondieuseries, le mot Dieu ne vous inspire que des réticences et le « divin en nous » aussi.

Je vous comprends mais je crois qu’on peut aller au-delà et remplacer le mot divin par des mots comme la Conscience ou l’Esprit ou le Mental Universel auquel, qu’on le sache ou pas, qu’on le désire ou non, nous sommes reliés par notre essence-même. Cela n’a rien à voir avec le Dieu des religieux qui présiderait à nos destinées et au nom duquel on tue son frère dans les guerres saintes.

Sur un forum privé, quelqu’un disait que nous ne sommes pas encore beaucoup à avoir conscience du divin en nous et cela m’a inspiré cette réponse personnelle:

Bonjour à tous,
Moi j’ai la certitude que nous avons déjà « basculé » pour une grande partie d’entre nous.
Si nous nous relions les uns aux autres, nous sommes des lanternes sur le chemin de nos proches qui n’ont pas encore trouvé le chemin et nous les éclairons par notre simple sagesse, notre amour sans réserve et notre exemple.

Plus nous accédons à nos propres ressources, plus nous nous relions à la Terre Mère et à nos valeurs personnelles les plus élevées, en transformant nos doutes et en travaillant sur nos pensées, plus nous purifions la couche qui entoure la planète et où fourmillent les pensées dévastatrices, les pensées les plus basses. Nous sommes en relation directe avec les énergies de la Vie sur Terre et au-delà, d’où notre impact.

Chacun de nous peut cheminer avec des sentiments de gratitude au cœur et envoyer en permanence des remerciements à la Vie lorsque tout va bien. Et lorsque c’est plus difficile chacun de nous a – en lui-même -  les ressources. Ne croyons pas que l’autre doive forcément passer par nos façons de reconnaître le divin en lui et que cela doive forcément nous être révélé: j’ai des amis qui ne sont pas tout le temps en train de réfléchir à ça mais qui ont des lignes de conduite pleines de sagesse et d’amour, de respect. Ils sont reliés aussi, à leur façon, à la beauté, la pureté et la grâce du divin bien qu’ils n’aient jamais entendu parler des Êtres de Lumière ni aucune idée de leur reliance divine. Mais ils pratiquent l’amour. C’est une belle étape vers l’ouverture de leur conscience. Nous ne pouvons savoir le chemin de leur âme. La connaissance SEULE n’est rien si nous ne mettons pas en pratique l’amour sans restriction sur nous-même d’abord, l’écoute et l’estime de soi, du Soi en nous.

Je remercie pour ces gens qui n’en sont pas encore là où je suis mais qui progressent, je remercie pour ceux qui sont devant moi et qui me tendent la main, je remercie pour le divin  ( l’esprit en moi)  qui me guide en tout instant.

Je crois que chacun de nous, arrivé à un certain stade de conscience, a le devoir de manifester au quotidien la Grandeur du Divin sans forcément « être spirituel » ou en parler: un mot gentil, un sourire sincère, une pensée d’amour sont très utiles pour faire VIBRER l’amour dans l’humanité, autant que nos réflexions.
Bien sûr ceci est mon avis personnel, mais les enseignements des EDL le confirment : L’amour est la clé!
http://pagesperso-orange.fr/ciel-a-la-terre/FR/CLEFS/clef007.htm
http://pagesperso-orange.fr/ciel-a-la-terre/FR/CLEFS/clef123.htm

Douces pensées
Michka

6 janvier 2009

La mafia médicale contre la santé parfaite

Classé dans : Nouvelles approches — michkaelohim @ 8 h 58 min

À partir de ce lien **, « La Mafia médicale, 10 ans après », proposé par C. sur un forum ami,  je viens partager mes réflexions personnelles sur les synchronicités qui apparaissent dans ma vie.

** voir aussi les textes écrits

« Le pouvoir suprême est dans les mains de chacun. »

Nous sommes créateurs mais ne savons pas toujours faire autrement que de créer des expériences dites « difficiles » comme la maladie, les soucis terre à terre, etc. Cette dame le décrit bien dans sa vidéo.

Mon désir profond est de ne plus adhérer au système de santé (sécurité sociale qui prend en charge les soins) car c’est pour nous, les soignants, un vrai enfermement: c’est le gouvernement qui détermine nos actes, notre temps de travail, l’importance de nos soins et nos techniques selon leur taux de remboursement etc. Mais le système de santé enferme aussi les gens car on ne se relie pas à l’idée d’améliorer leur santé et de favoriser leur guérison mais de suivre les règles: suivre l’ordonnance du médecin, ne rien faire de manuel ni de simple conseil d’hygiène de vie car cela ne rapporte pas, utiliser des baumes médicamenteux car l’huile préparée avec les essences de plantes naturelles ne rapporte rien à l’industrie.

Cette vidéo est comme si cette dame racontait mon parcours personnel et c’est ici le signe le plus fabuleux pour moi: elle est un réconfort et un signe de justesse de mon ressenti.

J’ai en ce moment des signes dans ma vie (et cette vidéo m’en fait l’écho exact) que sans que J’AIE RIEN À FAIRE « contre le système », ces signes me démontrent réellement l’effondrement de ma propre place dans ce système: mes outils de travail tombent en panne (les freins de la voiture ont lâché,  le local que j’ai loué pour venir habiter près de ma clientèle présente maints problèmes qui arrivent les uns sur les autres et me rendent la vie dure),  mon corps est las et sans énergie, voire malade,  et comment soigner les autres si je suis moi même malade? Maintenant ma clientèle se raréfie comme si personne n’avait plus besoin de moi, les plus anciens quittent cette vie et les autres vont très bien ou ne sont plus motivés…. Peu à peu, sur plusieurs années, je perds tout mon ancien fonctionnement et ses méthodes et je sais que c’est afin de me dépouiller. Parallèlement arrivent de nouvelles relations comme les personnes du forum cité plus haut, né d’un centre d’intérêt commun,  et se renforcent des relations qui n’étaient qu’adolescentes ou débutantes.

Les gens me disent: « de quoi vas tu vivre? »

Je ne suis pas inquiète du tout, même si je suis libérale et donc payée en fonction de ce que je fais, je n’ai aucune garantie de revenus, aucun autre salaire, etc. Et cependant, j’ai envie d’applaudir. Je sens que les choses se font toutes seules. Mon désir profond est de faire « autre chose » qui me corresponde et, ainsi que je l’ai déjà décrit, je « choisis » de créer des situations paroxystiques pour laisser advenir mon VRAI MOI et quitter mon ancienne situation devenue obsolète.

Si cela s’est passé au Québec,  pour ce médecin là, c’est donc possible ici aussi en France. Le système de la santé ne va pas s’écrouler, sans doute,  mais moi je vais être guidée pour le quitter dans la douceur.

J’aime particulièrement quand Ghislaine Lanquetot dit: « Quand c’est fait avec son cœur, laisser aller les choses, elles se mettent en place toutes seules »"Je ne suis pas courageuse (d’avoir refusé le système médical),  si j’avais été courageuse,  je ne l’aurais pas fait, ma conscience me poussait tellement fort »

Le seul précepte EST LÀ: laisser aller les choses et s’écouter.

Merci à C. qui m’a permis d’accéder à ce trésor!

4 janvier 2009

La reliance entre l’univers et nous

Classé dans : Nouvelles approches — michkaelohim @ 19 h 20 min

    L’univers et nous, une vraie belle histoire d’amour, émouvante et sincère, faite d’un amour inconditionnel et éternel..

Michka

 

nebuleuse.jpg

 

Voici, extraite du site http://www.nous-les-dieux.org, la présentation d’une vidéo de Philippe Bobola, intitulée « La reliance entre l’univers et nous »

« La science par sa compréhension rationnelle de la matière nous aide à découvrir l’intimité du Vivant : atome , molécule , cellule , étoile , galaxie……

Elle peut être l’élan pour aller vers la solidarité ou la fusion avec les  » 10 000 choses qui composent l’univers « comme le disaient les anciens chinois.

Cette nouvelle alliance possible, met en place une écologie des liens nous permettant de sortir de l’Ancien Monde duel où les choses s’opposent dans une dialectique sans équilibre, pour bâtir un nouveau monde de résonance et de raisonnement où l’unité se substitue à la division : la reliance.

Philippe Bobola physicien et biologiste, nous partage sa vision d’un monde réenchanté, où compréhension et émotion s’harmonisent et s’humanisent.

Il anime des formations pour mieux comprendre « la nature intime du Temps », « le langage de l’Univers, » et » les conséquences sur l’homme d’une absence ou d’une rupture de reliance » indispensable à son équilibre. »

Voir la vidéo

 

The Limace Psychopathe Blog |
Buzancy's Life |
Les Ardennes par samouraï 08 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | n°1 mondial de la vente dir...
| Ma page perso
| Dapefle